Liberté de temps

https---www.plateforme-bienetre.fr-wp-content-uploads-developpement-personnel

 

Voilà presque 1 mois que je n’ai pas écris!!

Quelques semaines de vacances bien méritée! 5 semaines de vacances par ans, c’est pas beaucoup. Alors sincèrement désolée si j’ai été quelque peu absente… mais alors coupée du tle´phone, internet etc… j’ai complètement deconnecté et ca fait du bien!

D’ailleurs tous les sites internet devrait couper toute publication pendant le mois d’Aout!

Que dire en cette rentrée, que le train train quotidien a bien recommencé.

Je pensais avoir besoins de vacances pour une rentrée motivante, et pleine d’ambitions!

J’ai juste envie de déprimer, rien n’a changé toujours autant raz le bol de mon boulot, c’est clair, je veux changer de boulot.

Mais ma situation financière ne me le permet pas.

Avez vous des idées pour continuer de bosser et faire autre chose en même temps?

J’ai une petite idée, mais certains aspects du concept ne me plaisent pas vraiment.

Il s’agit du marketing de réseau.

Mon concept personnel de cinqenune souhaite plus de temps, plus de liberté dans mon temps de travail.

Donc mon raisonnement est celui là:

Si je commence à promouvoir des produits (bien être) en même temps que mon travail actuel, petit à petit je pourrais peut être me passer de mon travail actuel.

Jusque là tout va bien.

Mais quand j’y pense, je suis en pleins développement personnel, et vendre une vie parfaite sur les réseaux sociaux me parait antithétique par rapport à ma quête du moment présent, de la reconnexion avec les gens de manière sincère.

Une amie le fait et s’en sort très bien, elle a même quasi arrêté de bosser, mais elle ne fait que poster des: Je kiffe my life, trop bien cette société de dingue, enfin un employeur qui nous comprends, je gère mon temps comme je veux, bureau du lundi matin, une piscine… et j’en passe.

Comment trouver vous ce nouveau job de rêve qu’est le MLM?

Avez vous des retours négatifs sur ce nouveau modèle économique en vogue?

Quand je cherche sur internet quelques avis… ils enchantent tous ce nouveau modèle.

Est ce que certains d’entre vous ont été en réelle difficultés pour promouvoir des produits?

Merci d’avance pour vos conseils.

La bise, d’une fille cinqenune

 

 

Publicités

Huile de Chanvre Naissance, huile miracle pour les boutons d’acné rosacée

huile de chanvre.PNG

Le voilà le miracle!!!

J’en parlais dans cet article, il y a une semaine. Je venais de recevoir cette huile, et je vantais déjà les mérites sur son effet hydratant et agréable sur ma peau.

Mais là ce que je m’apprête à vous dire, c’est que depuis une semaine, je n’ai plus aucun bouton, ça y est pfff disparus les pustules, petits boutons blanc et autres rougeurs disgracieuses!!!


Je l’ai appliquée matin et soir, et le résultât est bluffant, plus une seule rougeur, c’est incroyable.

Allez y foncez l’acheter, si vous êtes sujette comme moi à de l’acné Rosacée.

En plus elle est très hydratante, dans le sens où elle retient le film hydrolipidique de la peau, elle ne laisse pas du tout de film gras sur la peau (genre même pas besoins d’appliquer de poudre) le rendu est impeccable.

Celle que j’ai choisi, est bio, bien évidemment, et provient d’un laboratoire en Angleterre, Naissance et voici la description de cette huile!!

  • 100% d’origine naturelle et certifiée bio par la Soil Association
  • Apaisante et cicatrisante pour les peaux endommagées et irritées
  • Riche en acides gras essentiels, vitamine E, minéraux, huiles d’omega et antioxydants
  • Légère et s’absorbe facilement. Équilibrante, hydratante, antimicrobienne et antiseptique

Avez vous troqué vos crèmes de jour / nuit, contre des huiles végétales?

J’aimerais m’y mettre, mais je suis perdue avec toutes ces huiles, pourriez vous me laisser un petit commentaires, et conseils sur une huile anti rides, et pourquoi pas ayant un filtre solaire?

Et si vous avez des questions, bien sur, n’hésites pas !

Merci et bonne journée

 

Vivre en Espagne, avis d’une Frenchy/

Captura VLC

Le billet d’aujourd’hui concerne 3 ans de ma vie, 3 ans d’expatriation. D’ailleurs, le terme expatriation n’est pas vraiment le bon terme. En effet je suis embauchée par une société Française, mais sous contrat Espagnol.
Nous sommes voisin, on pense trouver les même produit, la même façon de penser, de réagir. Et bien ce n’est pas du tout le cas. Cet article est un peu long, mais j’ai vraiment voulu vous faire partager mes avis.

Les Horaires

On commence comme tout le monde, vers 8h30, mais c’est là que ca devient compliquer… on déjeune à 14h00, alors vers 11h00, chacun descend au troquet du coin manger son sandwich au Jamon serano

Les tortilla de patata, hummm trop bon me direz vous. Oui c’est super bon, en passant, parce que 365 jours par an, ça fait vite gonfler.

On termine le travail vers 18h00, et on dine à 21h30, pour se coucher à 00h00 / 01h00. Le film du soir commence à 22h00, et les cuisines des restaurants n’ouvrent qu’à 21h00.

Celui des enfants est comparable, la semaine, ils ne se couchent pas avant 22h00 / 23h00,

Mon rythme reste très français, mon enfant à 5 ans, et le soir nous dinons vers 19h30, et il est au lit à 20h30 max 21h00.

Le top en revanche ce sont les commerces, ils ouvrent vers 10h00, ferment à 14h00, ouvrent vers 17h00 pour fermer à 22h00, ici je parle des boutiques. Les grandes surfaces, elles sont ouvertes de 10h00 à 22h00 non stop.

Alors quand je rentre à Paris de temps en temps… c’est dur de voir les boutiques fermer à 20h, quand tu finis à 18h30…

La Nourriture

Alors ce point là est crucial pour moi. Je ne veux froisser aucun Espagnol qui pourrait me lire. Je suis navrée d’avance si vous n’êtes pas d’accord avec moi. Mais quand on vit en Espagne on se rend compte, et on comprend pourquoi la gastronomie française a été nommée au patrimoine mondial de l’Unesco. J’étais persuadée trouver tous les ingrédients (ou presque) ici en Espagne. Il faut dire que j’adore cuisiner, mais avec les bons aliments.

Le soucis, c’est que les Espagnols ne cuisinent pas.

Ils ne mélangent pas les saveurs, ne cherchent pas à aller plus loin dans le goût. Une bonne viande grillée, avec des légumes sautés à l’huile et hop! Donc on oublie, les sauces, épices, huiles. vinaigre en tout genre.

En tout cas je parle pour le coin que j’habite, je ne souhaite pas faire une généralité.

Mais quand je compare à la France, où chaque région détient des multitudes de spécialités. Ici par exemples c’est la paella, et bien du coup, il n’y a que de la paella à tous les coins de rue. Paella de riz, de fideua, au poulet, aux fruits de mer, au four etc…

Oui c’est bon, mais ce n’est que du riz,. Quand on pense à nos cassoulets, un boeuf bourguignon, une bouillabaisse, bar en croûte de sel, il n’y a pas photos.

Et pour parler de la pure et véritable paella, elle est composée, de poulet, lapin, haricots verts plats, gros haricots blancs, du riz et pour finir des escargots, oui vous avez bien lu.

La viande rouge est très différente de la notre, elle n’a pas le même goût, ils ne la coupent pas pareil, par exemples ils ne connaissent pas la bavette, le steak est coupé très fin, pour le griller à la plancha. Il n’y a pas de saucisses fumées comme on peut trouver en France, le jambon blanc n’est pas bon (souvent sous vide, caoutchouteux, pleins d’eau…). Ils sont fan de la mal bouffe à l’américaine. Il n’y a pas de bar à jus, bar à salade, les smoothie aux bons fruits bio n’existent pas.

Les desserts, alors…. comment dire… c’est très sucré et plutôt en mode, gros gâteau américain, avec pleins de saveurs, genre groseille, chocolat framboise, voyez le topo?

Le bio, ma raison de vivre, parlons en. Le rayon bio de carrefour, ressemble au rayon bio de carrefour France d’il y a 10 ans. C’est très cher. Les huiles essentielles sont vendus dans 3 boutiques en tout dans la ville.

C’est difficile de manger sainement, quand le moindre tapas rime avec friture, bains à l’huile, bière et sangria.

Du coup, perso, cela fait 3 ans que je vis ici, et si je peux me permettre, la cuisine Espagnole n’est pas très élaborée, ni très saine.

Le mode de vie, ou la Spanish attitude

Alors là, je dois vous préciser que c’est ce que je préfère. La nourriture Française me manque peut être, mais alors, une chose, qui ne me manque certainement pas:

Ce sont Les Français.

Râleur, impolis, jamais contents, jaloux, envieux, égoïste, grugeur (oui vous savez à toujours vouloir doubler les gens, à la poste, à la banque, au supermarché), irrespectueux.

En Espagne, là non plus je ne veux pas généraliser, mais là où je vis, il y a une douceur de vivre incomparable.

C’est comme si mon rythme intérieur s’était calmé, il n’y a pas d’embouteillage, les gens ne klaxonne pas, (ou en cas d’extrême danger), les gens sont polis. Pour ne citer qu’un exemple, vous êtes au marché, vous faites la queue, quelqu’un arrive et demande spontanément, quien es el ultimo (comprendre qui es le dernier?) et se place tranquillement derrière la dernière personne, et ça, vous ne pouvez pas vous rendre compte à quel point cela pacifie les samedi matins au marché.

Les anciens sont des gens polis, ils adorent les enfants. Au début j’ai eu des réactions un peu méfiante vis à vis de ces mamies qui caressaient la tête de mon chérubin. Vous êtes à un passage clouté, et là une mamie commence à parler à votre enfant, lui dépose un bisous sur al tête, HUUUUU calmos là, tu ne me connais pas, fais gaffe…

Mais après on s’habitue, les gens se parlent, se regardent, se touchent, ils sont dans la vie, la vraie.

On ne peut pas leur en vouloir de ne pas être à la pointe des nouveaux produits, de la nouvelle tendance vestimentaire. Car ils s’en foutent en fait.

Cette façon de voir les choses, m’a énormément aidé à changer, à quitter ma superficialité (pour en savoir plus c’est par ici) .

Côté pro c’est un peu déroutant, ils font preuve d’un certain j’en foutiste à ce niveau. Ils n’ont pas vraiment de conscience professionnelle, ils ne sont pas ambitieux. Ils ne poussent jamais le raisonnement jusqu’au bout. Mais à côté de cela ils privilégient, les relations amicales, la famille, la tradition, les valeurs.

Ça fait du bien de voir, le dimanche matin, en buvant son café sur la place du Carmen, un groupe de jeunes, et moins jeunes mettre la musique et se mettre à danser le rock.

Autre exemple, vous êtes au supermarché, et comme tout le monde, vous vous dépêcher de ranger le plus vite possible vos produits, mais on sent le regard pressant des autres qui nous fixe, on entend même leur pensées Mais bon sens. que fait-elle, elle va se bouger oui, non me dit pas qu’elle a des coupons de reduc, je suis fichue, j’aurais du prendre une autre file etc.. etc…

Et c’est partout pareil, au début j’étais stressée, et là , d’un coup, la caissière pose sa main sur la votre (oui j’avais dit qu’ils étaient tactiles) et vous dit, tranquila guapa, no hay prisa, ce qui se traduit par, doucement ma belle, il n’y a pas le feu. Oh joie, pas de stress.

C’est bon la vie sans stress, 15 min de retard à un rendez vous, tout est normal.

Tu n’as pas de monnaie pour payer le boulanger, pas de soucis, tu me paieras demain.

Ils se font confiance, il n’y a pas d’abus.

Nous les filles, mini short, talons, décolleté, bref vous voyez le total look de la latina au sang chaud? On n’est pas sifflée, ni regardée, ni même accostée dans la rue. On se sent libre. Pour ma part en France, rentrer seule de boîte de nuit était impensable. Je parle d’une ville aussi grande que Marseille par exemple. Pas du bourg de 5000 habitants dans la Creuse.

L’enfant est roi

Tu ne verras jamais quelqu’un te regarder de travers car ton enfant crie.Tous les restaurants sont kids friendly.

Il y a peu de temps, dans une rame de train Madrid Valencia, se trouvait une mère avec son bébé de 6 mois. Ce petit diable, a pleuré pendant les 1h40 de trajet. La mère confuse dès l’arrivée du train s’est excusée, et j’ai adoré la réaction des 20 personnes présentent dans cette rame, une grand mère lui a dit qu’elle avait fait de son mieux, qu’elle était une bonne mère et que nous ne pouvons maîtriser ces bébés. Un homme lui a dit qu’il avait connu ça avec ses jumeaux. Un autre l’a aidé avec ses bagages. Et du coup cet élan de positive attitude te pousse à toi aussi lui dire que ce n’est rien, et qu’elle en verra d’autre !!

Il y a des parcs partout, les enfants jouent, rient, crient, sont libres.

Le climat

Sur ce point je ne vais pas être très objective, car je vivais dans le sud de la France donc le beau temps je connais.

En revanche, les hivers sont quand même plus doux. Dans ma zone il y a la mer, et quelle joie d’aller à la plage de Mai à Octobre.

Le système sanitaire Espagnol

Ici il y a une grande différence.

En Espagne, nous avons une sécurité sociale, prise en charge par l’employeur. Mais pour beaucoup elle est synonyme de lenteur, et infrastructures vétustes. Mon avis, l’hôpital du coin ressemble grandement à nos hôpitaux Français.

Mais alors les cliniques… On se croierai à Beverly Hills. La différence c’est que pour être soigné dans ces cliniques, soit on paie la consultation en mode privé (70 eur la consultation ophtalmologique) ou on contracte une sécurité privée (entre 35 et 50 eur).

Cette sécurité sociale privée ne vous exempt pas de payer quand même la sécurité sociale publique. D’ailleurs elle est obligatoire si vous avez besoins de certificats médicaux.

Arrêt de travail, on doit aller voir le médecin de la sécurité sociale publique.

Alors à quoi sert la sécurité sociale privée?

Pour les spécialités, dans le publique, si vous avez besoins d’un RDV chez le dermato, vous devez attendre 6 mois, kiné pareil, à moins d’avoir une urgence, on attend beaucoup, gynécologie, 1 RDV tous les 2 ans… moi j’y vais tous les 6 mois.

Du coup nous avons fait le choix de contracter une sécurité privée.

Les soins dentaires ne sont pas remboursés, caries, couronnes, implants etc.. c’est un vrai commerce.

Les yeux pareil, les lunettes, verres etc.. ne sont pas remboursés.

C’est un point important à prendre en compte, la note peut très vite monter.

La musique, la fête Espagnole

Là aussi, je ne sais pas s’il s’agit du syndrome, de  La musique de ma génération était quand même mieux… Mais Soprano, Jule, Maitre Gims, ne me font pas du tout monter sur la table, ni sur le bar, ni même sur ma chaise.

Alors qu’un petit despacito, même si il nous a cassé les oreilles l’été dernier, vous ne pouvez pas me dire que ça ne donne pas une folle envie de bouger son popotin?

Et ça la fête ils savent faire, on sort en boite de nuit vers 02h00 du matin pour en ressortir à 9h00 du matin, après on glisse sur un petit after au bord de la mer… et tout en simplicité, rien à voir avec mes anciennes soirées Monegasque…

 

Conclusion

Alors après 3 ans de vie ici en Espagne, je peux vous dire que je ne suis pas prête de rentrer en France. En vacance ça passe encore, mais très vite le comportement du Français me mets mal à l’aise, on n’est pas sympa, ni gentils… Franchement on y comprend rien. On se plaint non stop, mais on a rien compris, plus on se plaint plus on trouve de quoi se plaindre. Vous croyez vraiment que cracher sur le dos des politiques va faire changer les choses. Changeons nous de l’intérieur, soyons plus positifs,  oublions nos petits tracas et remercions plutôt ce que la France à de bon.

Ceci fera l’objet d’un prochain article.

Je ne sais pas si nous rentrerons en France un jour, peut être partir ailleurs…

J’attends vos commentaires avec impatience, qu’en pensez vous?

Qu’est ce qui vous manque le plus de la France, et qu’est ce qui vous comble dans votre pays d’adoption?

Pensez vous rentrer ou pas du tout?

Merci beaucoup

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’étais superficielle

definition.PNG

Cet article, je me dois de l’écrire, pour moi, pour enfin dire adieu à cette fille superficielle, que j’étais il y a 3 ans.

Vous parler de cette prise de conscience est importante, laisser une trace écrite de ce passage, c’est pouvoir le relire quand ça ne va pas, et surtout le partager.

Cela fait plus de 3 ans que nous avons quitté notre belle France, elle me manque.

Ses pains au chocolat me manquent, cette mode tellement élégante, classe, simple mais sophistiquée, la nourriture, cette variété dans les magasins, ses chaussures!!!

Je priais tous les soirs pour que débarque un Minelli ou Cosmo Paris en Espagne… Je n’habite ni à Madrid, ni à Barcelone, je peux vous garantir, qu’à part le groupe Inditex (Zara / Massimo Dutti, Bershka) aucune marque ne fait le poids face à un Maje, Sandro, Kookai, Claudie, et toutes nos petites boutiques.

Mais ça c’était avant.

Faut dire que j’avais un certains level, quand j¡habitais encore en France.

Je dépensais beaucoup, beaucoup d’argent en fringues, produits de beauté, coiffeur, manucure, massage, spa, restaurant, bref une vie de rêve (soit disant).

Je tombe enceinte (voir cet article). Et puis notre bébé grandit, notre couple aussi. Mon cher et tendre, parton de son SARL, gagne très bien sa vie, moi commerciale, je me fait de belles primes à 5 chiffres.

Depuis quelques années on rêve d’expatriation, dès que j’entends ces histoires de gens qui ont tout plaqué pour partir vivre une autre vie, me font rêver. Des enfants bilingues, une expérience de vie magique etc…

Mon mari décide de tout plaquer, on est en 2014, il décide d’ouvrir une société novatrice, en Espagne.

De mon côté, je travaille dans une multinationale, qui décide d’ouvrir une filiale en Espagne. Bingo, un signe (oui j’essaie de les écouter au maximum).

Je postule, j’obtiens le poste, on déménage, et commence à bosser (en Louboutin), ceux qui me suivent sur Instagram, peuvent confirmer qu’aujourd’hui c’est mode plus en mode Bensimon…

Les débuts sont difficiles. Je suis seule, mon chéri travaille beaucoup, je ne parle pas bien Espagnol, ma fille ne se fait pas d’amis (elle ne comprend rien à l’Espagnol).

Et puis elle a à peine 2 ans, déjà qu’un petit Français de 2 ans on a du mal à le comprendre alors en Espagnol… J’ai beaucoup de mal à m’y faire, mes amies me manque, ma famille, mes repères s’envolent.

Je travaille dur moi aussi, car on ne vis qu’avec mon salaire, adieu manucure, coiffeur, fringues.

Au bout de presque 2 ans, j’opère une transformation radicale, LE TOURNANT.

Bon ok, avant ce passage, je suis restée environ 6 mois en mode, MON DIEU C’EST QUOI CETTE VIE DE MERDE!!!! je peux même plus aller chez Claudie, Maje, Sandro!!! Mes ongles sont horribles!!! Mais tu te rends compte, ça fait 2 ans que je n’ai pas été faire un nettoyage de peau!!!!!

Et mon chéri à côté, me confirme, mon amour c’est ça la vraie vie (j’ten foutrais des vraies vies moi…), dans notre couple ça me va pas, au fond je lui en veux. Pour parler de manière moins superficielle, je ne peux même pas me payer un aller retour pour voir mes amies. Alors vient cette phrase bateau que l’on se répète quand ca va mal, CA IRA MIEUX, quand on gagnera de l’argent ça ira mieux…

Mais cela dure 3 ans, alors je lis, beaucoup, sur le développement personnel. Je me rends compte que l’argent ne fait pas le bonheur, et surtout j’essaie de comprendre cette phrase, car pour moi l’extase du bonheur à cette époque, c’est matinée boutique, déjeuner entre copines, après midi plage privée, et diner entre amis…

Je dis adieu à tout cela, je fais mes courses avec la calculette de mon iphone, car on ne doit pas dépenser plus que 150 eur par semaine (tout confondu, produits de beauté, collants, bouffe, couches…) Putain comment font les autres.

Comment faisaient mes parents, ils devaient gagner 2500 eur à deux, avec 3 enfants. On ne mangeaient jamais au restaurant, on ne partait jamais en vacances, mais putain on était heureux.

Pourquoi je suis devenue comme ça? Mes 20 ans de danse, puis les élections de Miss, le mannequinat, c’est sur, ça n’aide pas. L’impression que les autres nous considèrent car ils nous remarquent, quand je rentre dans une pièce, les autres se retournent, et là je me dis, Hum j’ai bien fait d’acheter cette robe à 300 eur chez Maje…

Des années entières, j’ai adoré que l’on me complimente sur mon style, mes tenues, toujours à la recherche de la dernière pépite.

Sauf que quand on a plus une thune, on a l’impression de disparaitre. Tout ce qui me qualifiais, être bien habillée, classe, élégante, tout cela s’envole.

Alors qui on est en fait?

On se cherche, on plonge à l’intérieur de soit, et puis un jour on se trouve.

On fuie les magasin, on se concentre sur son soi intérieur, on commence à méditer, on écoute son cher et tendre qui nous répète nuit et jour que ça va aller. J’ai l’impression à ce moment la d’être une toxico, en manque de ma dose de shopping, ça peut paraitre futile mais j’ai mal, je suis malheureuse. J’ai beau me répéter sans cesse, j’ai un toit, je suis en bonne santé, ma famille va bien,mais non je suis malheureuse.

Mais au final, je me surprend à ne plus me demander ce que je vais mettre, ne plus me dire que je n’ai rien à me mettre, et surtout plus important que tout, je ne ressens plus ce sentiment de toujours manquer de quelque chose, de me senti vide, de devoir m’habiller pour exister.

Je me mets au Bio, ma crème de jour Skin Ceutical, devient la crème au Calendula qui sert aussi pour ma fille, ma crème de nuit Darphin, se transfome en une huile d’avocat. Mes produits capilaires, Kerastase finissent à la poubelle (c’est pleins de cochonnerie soit dit en passant), et je les remplace par de ingrédients de la cuisine (oeuf, miel, avocat, huile d’olive).

Mon maquillage MAC, base pour les paupières, rouge à lèvres, crayons, vert, prune marron, fards à paupières assortis, sont remplacés par un simple crayon marron, une poudre libre, et un mascara, le tout BIO.

J’ai un poste au service direction de ma société, j’arrive même au bureau pas maquillée (classe mais pas maquillée) un très grand pas pour moi.

Je n’ai pas fait les soldes en Juillet (première fois de toute ma vie).

Et je me sens bien, j’ai quelques belles pièces qui me reste de mon ancienne vie, un beau pantalon noir, pour les réunions, au siège à Paris, quelques jolies robes de soirée.

Reste un petit point obscure dans ce changement de vie,quelque chose qui m’empêche de me révéler moi tout entière.

Mon Job.

Cela fait 10 ans que je fais ce taf, je rêvais de côtoyer les grands, les chef influents, voyager, participer à des réunions importante, et ça y est je les ai rencontré, dinée avec eux, parlé, étudié leur manière de manager, assistée au dites réunion…

Résultat, les chefs qui étaient importants, se sont révélés être des gens avides de pouvoir, les voyages sont dénués de sens, leur  manière de manager est puante, bref ils me dégoutent.

Je crois que ce monde de consumérisme n’arrive plus à me mettre de la poudre aux yeux. Comme si j’avais compris leur petit jeux. Non je ne veux plus gagner de l’argent pour m’acheter le nouvel iphone, un sac Chanel, et partir à Maurice.

Je veux dire stop mais pour le moment ce n’est pas possible, on vit toujours sur mon salaire.

Alors je vous écris, voilà aussi la raison de ce blog.

Peut être que cette transformation vous a aussi touchée, et j’aimerais vraiment savoir si vous avez trouvé votre vraie raison d’être.

Car au delà de la superficialité et de mon job, j’aimerais savoir ce qui peut m’aider à trouver ma voie.

J’aimerais lire vos commentaires, et avec sincérité, comme là été cette confession.

Je compte sur vous

A bientôt

 

 

 

 

Plus on cherche le bien être moins on le trouve

J’avais envie d’un article, là maintenant, sur mes déboires quant à la recherche interminable du bonheur, et aussi me dévoiler un peu plus sur une période de ma vie qui m’a fait basculer dans une perte totale de repères.

Comme le dirais ma meilleure amie, le bonheur n’est pas le but mais le chemin.

ZEN

Oui mais sur ce chemin, je ne suis pas heureuse…

J’ai commencé ma recherche du bien être, après la naissance de ma fille, gros gros bouleversement.

Avant cet évènement, un souvenir lointain mais très détaillé survient:

Dans ma voiture je m’auto félicitais de ma vie, genre plusieurs fois par jour. Je me souviens de cette phrase que je répétais souvent: Là vraiment tout de suite j’adore ma vie. Je ressentais même une sorte, d’émotion de contentement, vraiment agréable.

Un fiancé en or, un mariage magique , un projet de vie dont j’avais toujours rêvé petite fille, une belle carrière, bref une vie de rêve.

La cerise sur le gâteau, peu de temps après notre mariage, un enfant, une grossesse parfaite, celle que j’avais planifié dans mon esprit de petite fille, j’étais belle, pas trop de kg en trop, des cheveux de rêves, une peau magique, un bébé en pleine santé, préparation à l’accouchement avec un osthéo, sophrologie, bref j’étais OVER prête.

Le mercredi, je perds les eaux, on attend jusqu’au ¡jeudi soir, et dans cette nuit du jeudi au vendredi, les contractions arrivent vers 3h du matin. Après être descendue au bloc, après la péridurale, le couperet tombe, césarienne en urgence, le bébé est en souffrance, mon rêve s’écroule.

J’aperçois mon bébé, 5 min après l’accouchement, le temps de lui déposer un bisous sur le front, et on me l’enlève, et j’en suis séparée pendant 5 heures.

5 longues heures ou on m’appuie sur le ventre comme des tarés, on me rendors, on me réveille, on essaie de me consoler car je suis en larmes.

On trouve finalement une solution, on m’apporte mon téléphone pour que je vois enfin mon bébé, mais ce dont personne ne fera attention, c’est que mon enfant, la première fois que je vois ses yeux, son nez, sa bouche, c’est sur la vitre de mon téléphone.

Un trauma qui s’immisce dans ma vie petit à petit, je suis heureuse, j’ai enfin mon bébé, mon mari est au anges, il le change, lui donne le premier biberon, et moi je suis là à côté, femme forte, qui vient d’accoucher, on se doit d’être au top, on doit être heureuse, ça doit être le plus beau jour de notre vie. J’ai une vie de rêve tout va bien.

J’ai ravalé mes problèmes, je sais que de nombreuses femmes ne peuvent pas avoir d’enfants, beaucoup connaissent la mort d’un bébé à peine venu au monde, alors je me devais d’être forte.

Tout allait bien, en apparence.

Nous sommes revenus à la maison à trois, j’ai commencé à vivre les débuts difficiles de maman, mais ça allait. Mais au fond de moi je sentais que je ne ressentais pas cet amour inconditionnel, je m’occupais de mon bébé, c’est tout, je n’en profitais pas, je n’étais pas ba ba, je ne me levais pas la nuit pour l’écouter respirer,  comme on dit, je fais le taf.

Deux mois et demi après la naissance, retour au travail.

C’est trop tôt, trop cruel, mon bébé est gardé par de la famille, grosse erreur, mais cela on ne le dit pas.

Ce sont presque 2 années de reproches, de conseils non sollicités, de sous entendus, qui m’ont remplis de culpabilités, m’ont fait croire que je n’étais pas une bonne mère. Bref un enfer quand j’y repense.

Il a fallu de nombreux livres, quelques séances de psy, de l’acupuncture pour relativiser et aller mieux.

Cette psy à mis le doigts sur quelque chose d’assez incroyable, on avait failli mourir tous les deux, et personne ne nous l’avait fait remarquer.

Premièrement, moi je devais le dire à mon enfant, c’est ce que j’ai fait.

Peu après ses 1 an, je lui ai tout expliqué, les heures d’attentes, pourquoi j’avais eu vraiment très peur, et que j’étais rentré dans un mode automatique et dénué de tous sentiments pour me protéger.

Et là ça a commencé à changer, j’ai vraiment pris la dimension de mère, et endossé mon rôle, je suis sa mère, et moi seule décide, ça allait mieux.

Ensuite nous avons pris la décision de partir de France pour l’Espagne.

Mon travail m’a demandé beaucoup de déplacements, et là encore de la culpabilité, j’étais dévastée à chaque fois que je partais de la maison, j’abandonnais mon enfant.

J’ai changé de poste, et aujourd’hui je ne rêve que d’une chose, ne plus jamais partir de cette ville, me concentrer sur ma relation avec mon enfant, sur mon équilibre, et n’écouter que moi.

Je pense à faire un second enfant, je dis je, car mon chéri est plus que partant.

Mais j’ai peur de revivre cela, mais je sais au fond de moi, que je recommencerai, quand je serais prête.

Si je peux vous donner un conseil, ne vous identifiez jamais, c’est tentant, mais ne le faites pas, soyez fière de vous, toujours la tête haute.

On ne nait pas mère on le devient, ma mère me disait que nous avions 9 mois pour s’y préparer, j’ai mis environ 3 ans pour y arriver.

Aujourd’hui ces cinq facettes, fille, femme, amante, business woman, mère font partie de moi.

Pour le moment seule la petite fille au fond de moi est fière du chemin parcouru, Il ne me reste plus qu’à trouver la recette pour que les autres le soit, et en harmonie.

La vie d’une femme en 2018 est jonchée d’obstacles mais soyons en fière on est des super woman, cinq en une.

A bientôt

 

 

 

 

 

Ce qui se voit à l’extérieur se règle à l’intérieur

 

Il y a de cela 3 ans, j’ai commencé à avoir de petits boutons, rougeurs, autour de la bouche, ailes du nez, en gros de l’acné gentille mais de l’acné quand même…

Alors quand ces petits boutons se sont mêlés à mes début de ridules, je vous peint le tableau, ca a été branlebas de combat pour éradiquer cette acné.

RDV chez le dermato, verdict, vous faite de l’acnée rosacée madame.

Acné rosacée, mais qu’est ce que c’est??

L’acné rosacée est une affection se caractérisant par la présence de papules (légères surélévations de la peau), et de petites pustules (croûtes de pus) associées à une dilatation permanente et visible des minuscules vaisseaux sanguins de la peau du visage, qui apparaissent sous forme de minces filets rouges.

Welcome aboard petite acné rosacée.

Une jolie crème nommée ROZEX me fut prescrite

rozex

Moi qui suis du genre, je ne mets sur ma peau que ce qui peut être mangé… je me suis sentie d’un coup très mal, methylparaben, et propylparaben faisaient partie de la composition. Sans parler de ma peau quasi desquamée à cause de la sécheresse causée par cette crème, non merci, hop à la poubelle

Alors j’ai essayé plusieurs remèdes.

  1. J’ai commencé par l’huile essentielle de Ravintsara,
  • Antivirale puissante, surtout sur la sphère respiratoire Stimulante de l’immunité
  • Stimulante de l’appareil cardiorespiratoire, expectorante, mucolytique
  • Antibactérienne

Cela a duré 1 mois, et mes boutons sont revenus.

2. Ensuite je suis passée à l’huile essentielle de Palmarossa (super huile pour faire         son déodorant, note à moi même, faire une article sur cette huile)

  • Antibactérienne à large spectre
  • Antifongique puissante
  • Antivirale, agit en soutien de l’immunité

Elle picote un peu la peau, mais cela a fonctionné quelque temps. Mais les boutons revenaient.

Alors je suis allée sur la toile, chercher, chercher et encore chercher via mon ami google, des remèdes pour cette acné rosacée, et là miracle,

     3. l’Huile de Chanvre

huile de chanvre

 

  • Anti-âge, régénérante, revitalisante grâce à ses acides gras essentiels qui lutte contre les effets des radicaux libres et stimulent la régénération du film hydrolipidique cutané.
  • Calmante, elle possède une action apaisante sur les rougeurs et les irritations. BINGOOOOOOO
  • Très émolliente, elle réduit les pertes d’eau et protège la peau de la déshydratation.
  • Pénétrant rapidement sans film gras, cette huile « sèche » est très appréciée pour les massages.
  • Raffermissante et assouplissante, elle permet de maintenir l’élasticité et la jeunesse de votre peau.

Ni une ni deux, j’ai filé sur Amazone, (oui parce que vivant en Espagne, ce genre de produit un peu tuchy, c’est impossible à trouver) et je l’ai reçu hier!

Premier essai, hier soir, et franchement, je fut agréablement surprise.

La sensation est celle d’une huile sèche, très agréable au toucher. L’odeur est un peu forte mais se dissipe très vite.

Résultat, pas une pustule ce matin, et mes ridules étaient lissées.

Je suis fan, surtout que franchement 100 ml pour 6.99 EUR, c’est cadeau.

Donc mon avis, cette huile de chanvre, pour le moment, soigne correctement l’acné rosacée.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire.

C’était le billet beauté 🙂

Belle journée à toutes et tous

Il était une fois

 

 

Captura CINQENUNE

Cinq en une, c’est le fruit de 33 années de ma vie, comme dirait mademoiselle Geekette, Si à 30 ans tu n’as jamais eu de blog, tu as raté ta vie.

Non ça va 33 ans ça va le faire, sauf que je suis une pure novice, la preuve je recommence mon blog après avoir quasi raté le premier.

Raté, mais comment peut on raté un blog me diriez vous?

Tout simplement en se trompant d’adresse email, ou une faute d’orthographe…

Oui c’est bon je sais ce n’est pas très pro!

Parlons en du blog pro, ce n’est pas du tout, mais du tout l’objectif de ce blog, je n’essaie même pas… des gamines de 15 ans y arrive très bien, moi ça me démoralise d’avance, les codes etc… en tout cas pas tout de suite (on verra demain).

Maintenant que j’ai écris cette intro (un peu pourri à mon gout) je sais que vous avez hâte de lire qui je suis (à mes chères 0 lectrice du moment).

Sur ce blog je vais y déverser mes états d’âmes, mes doutes, mes chagrins, mes difficultés, mes victoires, mes astuces, mes conseils, du coup je n’ai pas envie de me dévoiler, pas pour le moment en tout cas.

Sachez juste que je suis une fille, comme les autres, mais qui cumule cinq, comment dire,

Personnalités: Ça fait un peu schizophrène

Humeurs: Pas assez parlant

États d’âme: Ça se rapproche

Bref je suis cinq en une, je suis une fille, qui est devenue une femme (de 33 ans), une amante, (je suis mariée), une mère (j’ai un enfant), une business woman (je bosse dans une multinationale Française à l’étranger), donc un besoins ardent d’écrire écrire pour peut être enfin trouver son équilibre.

J’espère que ce blog parlera à certaines ou certain d’entre vous.

Et si ce n’est pas le cas, cela aura le mérite de déverser sur la toile ce qui ne va pas, au lieu de gonfler mon cher et tendre.

Merci d’avance chère toile